Révolutions arabes

Ce numéro de Transeuropéennes a été publié avec le soutien de la Fondation Allianz

 

Editorial: le retour du politique

Editorial: le retour du politique

Ghislaine GLASSON DESCHAUMES

27 Février 2011

Depuis le 14 janvier, où Ben Ali « dégagea », depuis le 10 février, où Moubarak se retira, un sentiment de joie et une puissante levée d’espoir animent les Tunisiens, les Egyptiens, les intellectuels et militants arabes luttant au prix fort, dans leurs pays, pour la dignité, la liberté, la justice, la démocratie – et toutes celles et tous ceux qui, depuis longtemps, se tiennent à leurs côtés.

Le brin de paille qui brisa l’échine du chameau

Le brin de paille qui brisa l’échine du chameau

Oussama MOHAMMAD | Jumana AL-YASIRI

25 Août 2011

Oussama Mohammad se trouve en France depuis mai dernier, ayant répondu à l’invitation du Festival de Cannes pour une table ronde sur le thème « faire des films sous une dictature », une intervention qui lui a permis de témoigner des pratiques répressives auxquelles les artistes et les militants syriens sont confrontés depuis mars 2011, début de la contestation populaire dans le contexte du « Printemps arabe ».

L’islamisme à l'heure des printemps égyptien et tunisien

L’islamisme à l'heure des printemps égyptien et tunisien

Nora BENKORICH

12 Mai 2011

Après la fuite du chef d’Etat tunisien et la démission de son homologue égyptien, de nombreux régimes, que l’ont croyait établis jusqu’aux calendes, doivent à leur tour faire face à de vastes mouvements de protestation. Fruits d’un soulèvement populaire contre le despotisme, ces évènements auraient dû naturellement susciter un enthousiasme unanime dans le camp des démocraties occidentales. Pourtant, les réactions ont été mitigées, oscillant entre « islamo-scepticisme » chez les uns et optimisme chez les autres, tout le monde s’interrogeant en tout cas sur la place des mouvements islamistes dans les régimes post-autoritaires et notamment sur leur attitude vis-à-vis des échéances électorales qui sont annoncées.

La révolution comme fragilité

La révolution comme fragilité

Fadhel JAIBI

6 Mai 2011

Il y a une espèce de menace réelle, pour ne pas dire une réalité tangible : la menace de la résurgence du tribalisme, du clanisme, du régionalisme. On l’observe tous les jours : tous ceux qui montent au créneau, qui manifestent, qui exhibent la bannière de l’appartenance à une communauté, tous ceux que Bourguiba avait tenté de battre en brèche pendant ses trente années de pouvoir et que Ben Ali avait anesthésiés à coup de fric, de ponts et de routes, de bananes importées. Il a donné beaucoup à consommer à cette société consumériste, il avait anesthésié ce régionalisme et ce tribalisme-là. Maintenant, la Tunisie pourrait éclater en mille morceaux et il n’y a pas de figure charismatique, et l’on se méfie évidemment des figures charismatiques, des héros, de ceux qui peuvent au nom de je ne sais quelle idéologie ou intérêt supérieur de la Nation s’ériger en grand chef.

L’heure est au combat culturel

L’heure est au combat culturel

Ahmed EL ATTAR

6 Mai 2011

Les acquis de cette révolution ne seront développés qu’avec la culture, les arts et le travail artistique. Comment continuer à donner la voix à ceux qui l’ont prise ? C’est la seule garantie que les acquis de ce magnifique acte soient intégrés dans la société.

Libya: a collapsed state

Libya: a collapsed state

Ivan IVEKOVIĆ

26 Avril 2011

While the previous months the world's media dealt with riots, first by the Tunisians, then by the Egyptians, against Ben Ali’s and Mubarak’s dictatorships, now their main focus is Libya and its leader Gaddafi. Yes, the Libyan revolt was inspired by the Tunisian one, and even more by the Egyptian events, and is part of the current libertarian wave that violently splashes the Arab world. If Gaddafi too is deposed, like his fallen colleagues, the predictions on the so-called domino effect will be confirmed. However, while citizens' “revolutions" in Tunisia and Egypt have much in common, the Libyan one is a revolt sui generis, because the Libyan society is still tribally fragmented. Closest in terms of the social, i.e. the tribal background of the turmoil, are the Yemeni protests. But in contrast to Yemen and to the direct neighbours, Libya is rich in oil and natural gas, which is why the outcome of the current political conflict in that country is important, not only to the direct importers of these resources, but also to consumers around the world.

Soudain la révolution !

Soudain la révolution !

Fethi BENSLAMA

26 Avril 2011

Le débord humain n’est pas celui d’un magma volcanique ; il ressortit au surgissement d’une nouvelle perception, à une brisure subite du sens, à un désir fulgurant qui met en branle de la passion, du langage, de la représentation. Il nous faut penser ce « soudain » qui désigne dans la langue « ce qui vient sans être vu » et qui, en un court laps de temps, renverse massivement la soumission, du moins apparente, en insoumission flagrante et généralisée des mêmes sujets.

Réflexions historiennes sur un fragment révolutionnaire

Réflexions historiennes sur un fragment révolutionnaire

Kmar BENDANA

10 Avril 2011

Une des expériences les plus stimulantes pour un historien est de se trouver dans le cœur d’une actualité palpitante. L’excitation qu’elle procure n’est pas plus évidente à vivre par les tenants de ce métier que pour n’importe quel citoyen. Elle s’apparente à celle du journaliste, sans l’indulgence due à la nécessité de rendre compte dans l’urgence, qui fait courir le risque d’interprétations hâtives ou partielles. Seulement, dans la conscience commune de traverser un présent que l’on sait chargé d’histoire plus que d’ordinaire, plus que de raison, le recours à la boîte à outils des historiens contribue à contrebalancer le poids émotionnel d’exception qui habite l’expérience. Formation - et déformation - professionnelles aident à sérier les questions qui jaillissent devant les événements et permettent de tirer de cette leçon existentielle quelques enseignements, d’ordonner une première lecture de la réalité vécue en attendant le recul pour des analyses plus approfondies, l’écriture de l’histoire en train de se faire.

La Révolution d’Égypte, scènes et anecdotes

La Révolution d’Égypte, scènes et anecdotes

Mansoura EZ ELDIN

10 Mars 2011

Désordre, terreur et pillages au programme ! On a tous compris que le retrait des forces de l’ordre répondait à un plan bien prémédité mû par un désir de vengeance et destiné à effrayer. Ce retrait a en effet été accompagné par l’ouverture des prisons et la libération de prisonniers et de criminels armés. Une amie qui habite dans une rue pas trop éloignée m’a appelée pour m’apprendre que leur immeuble venait de subir l’assaut d’un groupe de criminels armés qui, en fin de compte, n’ont pas pu entrer dans l’immeuble. Elle m’a mise en garde, le même scénario s’étant répété dans la plupart des quartiers résidentiels.

Premiers constats sur la révolution tunisienne

Premiers constats sur la révolution tunisienne

Olfa LAMLOUM

7 Mars 2011

Personne ne peut aujourd’hui prédire la forme que prendra le paysage politique tunisien dans les mois à venir, ni à quoi aboutiront la mobilisation et le vide constitutionnel actuels. Car la cadence à laquelle se produisent les événements, au niveau national comme régional, ouvre de nombreuses alternatives qu’il est possible - en écartant le scénario du total retour en arrière - de classer selon leurs diverses configurations et rythmes éventuels, à l’intérieur de deux horizons. Le premier renvoie à la réalisation des objectifs de la révolution politique en tant que rupture radicale avec l’ordre ancien qui impliquerait l’institution d’un ordre nouveau organisant les différentes sphères du pouvoir (en termes de mode de désignation, de prérogatives et de règles juridiques et politiques régissant les relations entre elles). Le second se résumerait à des réformes qui impliqueraient l’abandon de certains mécanismes hérités de l’ordre ancien et la mise à l’écart des figures les plus compromises de son personnel politique. Cela, afin de revivifier les ressources de légitimité du pouvoir et de mobiliser le consentement en sa faveur.

Alger, cherche son mouvement

Alger, cherche son mouvement

Ghania MOUFFOK

4 Mars 2011

Une loi qui s’appelle, sans rire, Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Alors que nous n’avons pas fini de penser/panser les blessures de cette génération sacrifiée, nous sommes convoqués au chevet d’une nouvelle génération qui « tente de s’immoler ».  Tous les 20 ans, une génération chasse la précédente et s’invente de nouvelles armes pour se dire, mettre en accusation les dictateurs qui nous brûlent notre temps de vivre…

Yémen: une opposition plurielle

Yémen: une opposition plurielle

Franck MERMIER

25 Février 2011

En 2011, Ali Abdallah Saleh fêtera ses trente-trois ans à la tête de l’Etat yéménite. Depuis 1990, avec l’unification du Yémen, son pouvoir s’est étendu jusqu’aux provinces du Sud qui, après le départ des troupes britanniques en 1967, furent rassemblées dans une République démocratique et populaire du Yémen, gouvernée par un régime socialiste allié de l’URSS. La constitution de l’Unité, adoptée par référendum en 1991, stipulait le multipartisme, organisait un système électoral et le pluralisme de la presse. C’est ainsi qu’en contraste avec ses voisins le Yémen, seule république dans la péninsule Arabique, voyait fleurir une vie associative et politique riche de la diversité de ses particularités régionales, de ses différentes traditions historiques et de ses influences idéologiques allant du marxisme à l’islamisme, dans leurs nombreuses variantes.

Les trois révolutions égyptiennes, ou la puissance de l’histoire

Les trois révolutions égyptiennes, ou la puissance de l’histoire

Omnia EL SHAKRY

21 Février 2011

S’il est vrai qu’une compréhension  du processus de privatisation, de marginalisation économique, de consumérisme et d’ajustement structurel auquel nous nous référons sous le terme de « néolibéralisme » est essentielle à la compréhension du déploiement contemporain des événements, particulièrement pour ce qui concerne l’existence de larges inégalités économiques et l’appauvrissement des masses démographiques, la focalisation sur le seul néolibéralisme ne permet pas d’appréhender la question des relations historiques, en Égypte, entre les gouvernants et les gouvernés. À quoi ressemblerait une perspective historique de long terme, une vision structurelle plus profonde des événements en Égypte ?

Tous en un

Tous en un

Gamal GHITANY

21 Février 2011

Les Egyptiens se sont longtemps tus, mais leur être intime s’est éveillé le 25 janvier et le mouvement a atteint son apogée ce vendredi sacré où les Egyptiens sont devenus un, tous en un, selon l’expression que l’on trouve dans les textes égyptiens anciens sur l’anéantissement de l’individu limité dans le cosmos illimité.

Retour du Peuple

Retour du Peuple

Tomaz MASTNAK

18 Février 2011

La Tunisie et l’Égypte étaient des pays modèles. Ils étaient des success stories. La Tunisie a recueilli beaucoup d’éloges occidentaux. L’ancien président français Chirac parlait du « miracle économique » tunisien qui permettait au régime d’assurer au peuple de quoi se loger et manger ainsi que l’accès  aux soins et à l’éducation. Que vouloir de plus ? ajoutait-il. Le président Sarkozy déclarait, il y a deux ans, que l’espace des libertés s’étendait en Tunisie. Rumsfeld, l’ancien secrétaire américain de la défense, louait la Tunisie et ses « succès » pour avoir créé un « environnement propice aux investissements, aux entreprises et aux occasions favorables pour son peuple ». Un haut responsable du Département d’État applaudissait « l’économie et les impressionnantes structures sociales » de la Tunisie.

al-Qahira, la cité victorieuse, 11 février 2011

al-Qahira, la cité victorieuse, 11 février 2011

Mohammed BAMYEH

11 Février 2011

Jamais une révolution qui semblait si dépourvue de perspective n’a pris de l’ampleur si rapidement et de manière si inattendue. La révolution égyptienne commencée le 25 janvier n’avait pas de leadership et était peu organisée ; les événements déterminants du vendredi 28 janvier se produisirent alors que toutes les technologies de communication, notamment tout l’internet et le téléphone, étaient bloquées ; cela s’est passé dans un grand pays réputé pour le calme de sa vie politique, un très vieil héritage de continuité autoritaire et un enviable appareil répressif composé de plus de 2 millions d’éléments. Et pourtant le régime de Hosni Moubarak, retranché depuis trente ans et apparemment éternel, le seul que la grande majorité des protestataires aient jamais connu, s’est évaporé en un jour.

Le 14 janvier tunisien  ou le malicieux sourire de l’histoire

Le 14 janvier tunisien ou le malicieux sourire de l’histoire

Mohamed-Sghir JANJAR

15 Janvier 2011

Soudain la servitude volontaire s’est mue en une rage de vie et de liberté. Mais par quel miracle et selon quelle alchimie se dissipe le mystère de la soumission ancestrale et éclot la fleur de la joyeuse désobéissance ?

Graffiti

Ton amour est liberté
25 Janvier
Voilà ce qui s'est passé le 25 ... la révolution du 25 janvier
Le croissant et la croix
Nous sommes tous Khaled Said
Pars ... maintenant!
Il est tombé
Lève la tête, tu es égyptien
Révolution
Affiche civique
L'Egypte est notre pays, à tous
Egypte, tu es ma mère splendide
L'esprit de la révolution
La révolution du 25 janvier
Ils sont morts pour que nous vivions
Scène typique des campagnes égyptiennes